Episode - Saison 1

Episode 8 : Surprise! On a fait un épisode sans prévenir sur GHOSTBUSTERS!

Et oui ! Un épisode surprise! On est PRESQUE raccords avec Halloween, à un mois près car la sortie du nouveau Ghostbusters a lieu début décembre, donc on a couru voir le film pour vous enregistrer un petit after en lien avec le film ! 

Et pour coller au thème, forcément on voulait vous proposer une bière en accord avec tout ca! Alors il y a quelques années, la Gose Busters de chez les polonais de Kingpin était passée sur le site, mais la recette n’est plus produite, alors on a trouvé une Stay Puft de Tiny Rebel, une Porter aux chamallows! Et donc forcément, vous l’aurez deviné on va parler de quoi ?

Avec cette bière, je vous mets quoi ?

Au menu aujourd’hui, on aurait pu évoquer…

 

  • CASPER : un dessin animé de fantômes avec un jeune fantôme qui veut être ami avec les habitants de la maison plutôt que de les effrayer. Un gentil fantôme créé dès 1940 !
  • UN CHANT DE NOEL (Charles Dickens) : Avec ses fameux fantômes des Noëls passé, présent et futur… mais je me le réserve pour un autre sujet que j’ai en tête !
  • POPEYE : Avec le chapeau de marin que l’on devine sur la canette, on pouvait facilement parler de Popeye et de ses fameux épinards qui ont traumatisé nombre de gamins…
  • PLEIN D’AUTRES FILMS comme Les Autres, Ghost, Fantômes contre Fantômes Crimson Peak, Poltergeist ou encore Hantise…

Mais au final ce qui sera au menu ce soir, c’est :GHOSTBUSTERS aka SOS FANTOMES

 

L’histoire de la bière et sa brasserie

Effectivement, le CULTISSIME Ghostbusters et aujourd’hui on va parler de la brasserie Tiny Rebel avant de vous faire un petit sujet sur les Ale Wives, et leur lien étroit avec les sorcières! 

Alors Tiny Rebel est une brasserie lancée en 2012 au Pays de Galles, à Newport, par Bradley Cumings et Gazz Williams. Nos deux comparses ont un lien familial puisqu’ils sont beaux frères tous les deux. C’est Gazz, alias Gareth qui a appris le brassage grâce à son grand- père, qui, au lieu de faire de la gnole faisait de la bière (ce qui est tout aussi fun). Bradley a donc entraîné son beauf dans l’aventure dès 2008, au début ils ne brassent que pour eux et leurs amis, mais à force de s’améliorer de recettes en recettes, et encouragés par leur entourage, ils ont élaboré leur business plan, ont fait les démarches auprès des banques et après moultes péripéties, la brasserie est née! 

Les fondateurs de la brasserie

 

Nos deux amis sont des geeks assumés, ils ont notamment des bières en parfaite corrélation avec leur culture geek justement, dont la stay Puft de ce soir, mais on peut aussi citer à Hadoken (Street Fighter) dont nous pourrions un jour vous proposer une émission. 

Au début, ils ont commencé dans le garage du père de Cummings, mais après ils ont loué une petite unité industrielle qui a vite eu besoin de s’agrandir tant les bières connaissent un franc succès. Dès 2013 la brasserie, en plus de s’agrandir, a pu exporter ses bières en Europe, et a ouvert son propre bar à Cardiff. En 2017, la brasserie a déménagé pour une unité de prod’ 5 fois plus grande que celle du départ et en 2019 elle a encore déposé un permis de construire pour agrandir encore son usine. 

Aujourd’hui la brasserie est mondialement connue, elle est exportée dans 35 pays différents et elle a même eu le luxe de payer sa licence pour avoir ses futs en Perfectdraft (la tireuse de chez Phillips). 

 

 

Plat du jour : Ghostbusters / SOS Fantômes

L’hiver revient, Halloween n’est pas loin, il est temps de vous poser cette question essentielle : est-ce que vous croyez aux fantômes ? Je ne parle pas du tout mignon Casper (où un Ghostbuster apparait d’ailleurs dans le film des années 90) mais de l’esprit éthéré effrayant, celui qui vous fait vous fait faire dessus dans un manoir rempli de poussière et de toiles d’araignée. Les récits parcourent l’imaginaire collectif que ce soit dans les fables, les romans, les films, etc…

On est ici pour parler du pire ennemi des fantômes… Le chasseur de fantômes ! Le « Ghostbuster » !

Remontons en l’an de grâce 1975 (c’est une année où on avait la frite ?) pour trouver une sitcom très vite oubliée où trois enquêteurs en herbe se penchent sur des mystères paranormaux. Cette série de seulement 15 épisodes qui a débarqué sans crier gare sur la CBS ajoutait à sa bizarrerie en incluant parmi les détectives de l’étrange… Un gorille ?! Le nom de cette série ? The Ghost Busters ! Aucun lien fils unique comme on dirait dans La Cité de La Peur ! Cette série était produite par Filmation et pondue par Lou Scheimer à qui l’on devra au début des années 80… Les Maîtres de l’Univers ! Avec Musclor, Skeletor et compagnie…

Mais en effet, ce n’est pas le sujet essentiel aujourd’hui. Quoique ! Mais on y reviendra !

Non, ce que vous connaissez le plus, enfants des années 70-80 ou bande de jeunes vieux qui nous écoutez, ce sont LES Ghostbusters. Ceux du film de 1984 ! Avec son casting désormais rentré dans les annales avec Dan Aykroyd, Bill Murray, Harold Ramis, Ernie Hudson et Sigourney Weaver mais surtout son thème musical devenu iconique, le titre Ghostbusters « Who you gonna call ? » de Ray Parker Jr.

La genèse du film est assez intéressante. Le film était à la base écrit par Dan Aykroyd avec son compère du Saturday Night Live (la fameuse émission du samedi soir aux USA dont on utilise surtout son acronyme, le SNL), James Belushi. Le même James Belushi avec qui Dan Aykroyd partage l’affiche du génial The Blues Brothers en 1980. L’histoire part sur les mêmes bases que le film qui sortira finalement en 1984 : des gars deviennent des chasseurs de fantômes (au départ, ça devait se dérouler dans le futur par contre)…

Gros hic dans le développement : la mort par overdose d’héroïne de James Belushi en mars 1982 ! Ainsi le rôle principal est attribué désormais à Bill Murray et Harold Ramis remanie un peu l’intrigue notamment en la situant dans un New York contemporain, notamment parce que le réalisateur Ivan Reitman trouvait le principe de base futuriste bien trop coûteux pour pouvoir vraiment monter le film. Le concept final prend forme.

A l’arrivée, The Ghostbusters, plus connu sous le nom de S.O.S. Fantômes en France, raconte l’histoire de trois scientifiques farfelus : Peter Venkman, Ray Stantz et Egon Spengler (interprétés respectivement par Murray, Aykroyd et Ramis) qui se font virer de l’Université Columbia de New York pour leurs recherches en parapsychologie clairement tirées par les cheveux. Au pied du mur, ils se décident à monter leur boîte de « détectives du paranormal » nommée… S.O.S Fantômes (ou Ghostbusters en VO of course). Pour cela, ils rachètent une caserne de pompiers à l’abandon dans le quartier Tribeca de Manhattan et partent à la chasse aux fantômes en Ecto 1, une cadillac blanche désormais iconique. Ils sont ensuite rejoints par le 4ème larron Winston Zeddemore (joué par Ernie Hudson – mais dont le rôle avait été initialement proposé à Eddie Murphy qui a préféré aller faire un tour dans Le Flic de Beverly Hills) et finiront par chercher à sauver la ville et surtout la « belle en détresse » Dana Barett (Sigourney Weaver), violoncelliste confrontée à des phénomènes étranges dans son appartement et qui deviendra le love interest du personnage de Bill Murray. On retrouvera au casting d’autres visages connus de l’époque et notamment Rick Moranis (Chérie J’ai Retréci Les Gosses, La Folle Histoire de l’Espace).

 

 

Le film connaît un gros succès à sa sortie en 1984 (juin aux USA, décembre en France) avec 242 millions de dollars aux USA et 292 millions dans le reste du monde ! Nommé aux Oscars en 1985 et sélectionné en 2015 par la Bibliothèque du Congrès aux Etats-Unis pour sa conservation au National Film Registry, on peut dire que Ghostbusters est rentré dans l’histoire du cinéma, même si c’est par la porte pop-culture.

Et en parlant de pop-culture est-ce que vous avez déjà vu le clip de la chanson phare du film ? Il est rempli de guest-stars de l’époque : John Candy (La Folle Histoire de l’Espace), Chevy Chase (SNL, Community…), Jeffrey Tambor (Arrested Development), Irene Cara (Fame), Nicholas Ashford (compositeur de Ain’t No Mountain High Enough), George Wendt (Cheers), Danny DeVito (Jumeaux, Mars Attacks, Taxi – la série – et It’s always sunny in Philadelphia), Peter Falk (Columbo) et Al Franken (issu du SNL et qui a été Sénateur du Minnesota à partir de 2009).

Bref gros succès populaire ! Et le succès va pousser au lancement… d’un dessin-animé qui va surfer sur le succès du film.

En effet, avant une séquelle cinématographique en 1989, Columbia Pictures lance à partir du 13 septembre 1986 le dessin-animé The Real Ghostbusters co-produite notamment avec la DIC (la boîte de Andy Heyward, Bruno Bianchi et Bernard Deyries qui est à l’origine d’Ulysse 31 et surtout d’Inspecteur Gadget dont on parlera bien un jour).

 

Mais pourquoi The REAL Ghostbusters ?!

Et bien pendant toute la pré-production le film s’appelait à l’origine The Ghost Breakers, et c’est sur le fil que Columbia paiera Filmation pour avoir le droit d’utiliser le nom Ghostbusters pour leur film désormais culte. Or, à la mise en chantier de ce dessin-animé dérivé du film, Filmation profite de sa propriété des droits pour l’animation pour créer un remake animé de leur sitcom de 1975 sous le nom bien plus renommé désormais de The Ghostbusters ! Ainsi le dessin-animé dérivé du film devra se trouver un nouveau nom… The Real Ghostbusters ! Les « vrais » chasseurs de fantômes ! En France le dessin-animé verra ses premières saisons diffusées sur Canal+ dans l’émission Cabou Cadin avant de basculer sur TF1 dans l’émission matinale qui portait bien son nom « Avant l’Ecole ». La série qui totalisera 140 épisodes verra ses dernières saisons doublées pour la France qu’à l’arrivée récente de Netflix.

Le dessin-animé poussera à la création de nombreux jouets popularisant toujours plus le Slime pour les gamins, et le personnage de Bouffe-Tout (Slimer) s’invitera dans le titre du dessin-animé sur ces fameuses saisons longtemps restées inédites. On notera qu’un scénariste assez connu écrira de nombreux épisodes tout au long de la série (à part en saisons 4 et 7) : John Michael Straczynski qui sera plus tard le créateur de la série télévisée Babylon 5, et l’auteur de très bons runs en comics de Spider-Man, Supreme Power et Thor.

Et donc nous voilà en 1989 avec SOS Fantomes 2 !

Le réalisateur slovaquo-canadien Ivan Reitman et le casting des personnages principaux reviennent pour la suite des aventures de nos chers chasseurs de fantômes. Ici c’est un démon qui sort d’un tableau qui se trouve – comme par hasard – dans la salle où Dana Barett (Sigourney Weaver) prend des cours de peinture. Elle renoue avec les S.O.S. Fantômes quand elle pense son jeune bébé menacé par des forces occultes…

Si le premier opus est bien rythmé, original et surprenant, ce 2e film a un peu un goût de réchauffé. On tape plus dans la série B que dans la comédie innovante. Avec un personnage géant à nouveau, la même intrigue amoureuse, la même origine de l’enquête de l’équipe (l’appartement de Dana)… Rien de bien nouveau sous le soleil même si les personnages sont toujours attachants et amusants.

 

 

Toutefois le pire reste à venir !

En effet, la mode est aux reboots et aux remakes dans les années 2000. Et une licence aussi juteuse en son temps que Ghostbusters ne pouvait pas y échapper ! Et c’est en 2009 que Dan Aykroyd annonce leur retour… en jeu vidéo avec le reste du casting d’origine.

Néanmoins un 3ème film est en théorie en projet. Initialement annoncé par Harold Ramis pour 2011, Ivan Reitman abandonne le projet en 2010. De nouveaux scénaristes planchent ensuite sur le projet mais le décès d’Harold Ramis en 2014 plombe une nouvelle fois le projet. Ainsi Sony change de stratégie et annonce désormais un reboot avec un casting féminin avec Paul Feig aux commandes. Paul Feig c’est un scénariste et réalisateur qui a notamment créé la courte mais culte série Freaks and Geeks, bossé sur Arrested Development et The Office (notamment l’épisode du départ de Steve Carrell) et qui a ensuite réalisé pour le cinéma Mes Meilleures Amies (Bridesmaid) avec Kristen Wiig et Les Flingueuses (The Heat) avec Melissa McCarthy. Donc sur le papier, un bon choix pour ce genre de comédie.

D’autant plus que le casting féminin est d’ailleurs composé de Kristen Wiig et Melissa McCarthy. Elles ont joué ensemble dans Mes Meilleures Amies, Wiig vient du SNL comme le cast du film d’origine et McCarthy s’est faite connaître via le rôle de la pétillante Sookie dans Gilmore Girls avant de remporter un Emmy Award pour son rôle dans la série Mike and Molly… C’est déjà du solide ! Et ajoutez y deux autres actrices issues du SNL avec Kate McKinnon et Leslie Jones, l’esprit semble bien conservé.

Malheureusement à l’arrivée, l’ensemble n’a guère plus d’intérêt que le S.O.S. Fantômes 2 dont on vient de parler. Les gags passent assez bien, les easter-eggs avec l’apparition des anciens acteurs dans de nouveaux rôles font plaisir… mais honnêtement rien de nouveau sous le soleil. SAUF : Chris Hemsworth en réceptionniste ouvertement décérébré et beau gosse à la fois, qui s’avère être un excellent ressort comique. On comprend mieux la version comique de Thor dans Avengers Endgame quand on voit le potentiel dans l’humour de l’acteur ! Juste excellent. Dommage néanmoins de se souvenir du seul rôle majeur masculin du film dans un long-métrage aux velleités féministes évidentes et louables…

 

 

Pour aller plus loin :

 

L’article dont est tiré la rubrique brassicole du jour :

Des sorcières et des bières

Greg The Beer Lantern
Marseillais amateur de bières, je vais vous faire découvrir cette boisson à travers son histoire, des dossiers, de l'actu et enfin des tests de bières diverses et variées! https://thebeerlantern.com
https://www.thebeerlantern.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.