Episode - Saison 1

4ème épisode! Super Mario Bros et Riba Pils de Garage Co!

Pour ce nouvel épisode nous avons attaqué le thème du jeu vidéo et l’adaptation en film ou série. Bon, les adaptations de jeux vidéos en films c’est assez compliqué, beaucoup de films, très peu de bons films qui en ressortent.

Et bien c’est après avoir découvert la Riba Pils de chez Garage Beer Co à Barcelone que nous avons fait le lien avec notre nouveau thème : Super Mario Bros ! Pourquoi? Et bien le joli petit champignon sur la canette simplement!

Bien sur, on aurait pu vous parler de Tintin et l’étoile Mystérieuse, des champignons qui vous rendent zombies de Last of Us ou encore plus logique : les Schtroumpfs et ses nombreuses adaptations ciné et tv mais ça aurait été trop simple! Alors on va vous parler de Mario et son univers et aussi et surtout, son adaptation en film de 1993 qui est….comment vous dire cela…assez nulle…pour notre plus grand malheur mais pour votre plus grand plaisir peut être de nous entendre souffrir!

Mais avant tout, parlons de la bière du jour et sa brasserie!

 

Direction Barcelone chez Garage Beer Co!

Avant de vous parler de la bière en question, et pourquoi nous l’avons choisi, on va justement parler un petit peu de cette brasserie justement! 

L’Espagne n’est pas le pays à la base auquel on pense pour la bière, alors qu’il y a d’excellentes brasseries comme Naparbier mais pourtant l’Espagne elle aussi a connu sa révolution brassicole! 

En 2018 on a compté une augmentation de + de 30% par rapport à 2017 et les chiffres restent à la hausse. En 2019 on comptait + de 500 brasseries artisanales dans le pays. La raison de cet engouement est un peu la même que chez nous : meilleur goût, circuits courts, consommation plus modérée etc… 

Concernant nos camarades espagnols, dont la brasserie possède une réputation internationale, et bien en fait, elle n’est pas tenue par des Espagnols….. Et bien non! Ils nous volent not’ travail! C’est Alberto Zamborlin (Italien) et James Welsh (Anglais) qui se sont rencontrés en 2013 à travers un club de brassam’ de Barça. 

Ce genre de rencontre est courant, à Marseille on a une sympathique communauté Brassam’ que je salue par ailleurs. Pour revenir à nos deux expat’ ils étaient tous deux dans des secteurs très différents, James lui est d’une culture bière familiale, toute sa famille brasse ou a brassé et son frère tient carrément un pub! 

James est rentré dans un club brassam’ donc, animé par Steve Huxley, un autre britannique qui a fondé Barcelona Brewing Company et connu localement pour son livre “la bière – Poésie liquide”. C’est devenu une légende en Espagne, il a même publié avec Garrett Oliver en 2011. 

J’ouvre d’ailleurs une petite parenthèse pour vous encourager à lire des livres sur la bière, pour parfaire votre culture au delà de votre consommation, il y a un tas de livres accessibles et hyper intéressants, et, si vous êtes anglophone, un grand nombre de livres existent et fourmillent d’informations intéressantes sur l’histoire de la bière! 

Cette parenthèse refermée, on revient à nos amis, comme je le disais, James intègre son club mais en 2015, son mentor, Huxley décède mais il aura eu le temps de leur donner pléthore de conseils à lui et à d’autres. On retrouve d’ailleurs son portrait dans certains festivals, comme pour Michael Beer Hunter Jackson dont je vous reparlerai plus tard. 

James rencontre donc Alberto et très vite une amitié se crée et ils avaient envie tous deux de contrer un peu l’industriel local qu’est la brasserie Estrella avec la lager Moritz entre autres. C’est après des mois de recherches que nos amis s’installent dans une ancienne papeterie, dans une zone conseillée à l’époque par Huxley avant sa disparition. 

On est en 2015 et la brasserie ouvre enfin ses portes et, malgré un budget serré, ils ont tenté de créer un espace convivial mêlant le style du brewpub anglo-saxon et les bodegas Espagnoles, le succès est vite au rendez-vous ! Ils ont compris qu’au-delà de la bière, il faut vendre la convivialité qui caractérise le lubrifiant social qui nous relie tous à ce jour. 

Source : Good Beer Hunting

Le début des brassins était compliqué, au début ils n’ont fabriqué qu’une Lager (de type Kolsch) et une IPA mais ils avaient quelques soucis d’infection et le père de James, brasseur, est descendu aider tout en consultant les notes de Huxley, toujours présent même après sa mort. Fort heureusement, malgré ces déboires (ahah), le lieu hyper convivial fait que les gens s’en fichent un peu, mais au final servir une bière dont on est peu fier c’est pas génial quand on est passionné. Un soir, lors du Barcelona Beer Festival c’est Garrett Oliver, de chez Brooklyn Brewery, légende de la craft US, brasseur et auteur réputé, qui débarque à l’improviste et Alberto lui parle rapidement de leur souci en lui demandant s’il pouvait en gros, les rencarder avec quelqu’un pour collaborer et s’améliorer. Oliver leur donne les coordonnées de la brasserie Other Half, une brasserie US assez connue, et les 2 brasseurs Sam Richardson et Matt Monahan sont venus chez eux brasser la In Green We Trust, une session IPA. Très vite ils ont adoré ce style, bien que réticents au début, ils ont assez rapidement adopté les IPA, NEIPA et autres bières savamment houblonnées et c’est ce qui leur a permis de grimper dans les charts des notations de la craft Espagnole grâce aux amateurs avertis.

Anecdote, les designs des canettes sont faites par Sevkan Ariburnu, femme de James, des design sobres avec chaque fois un objet dessus, une action man, une voiture, une main, et ici… un champignon! La marque s’est pris un bad buzz devenu un bon buzz suite à une canette sur laquelle était dessiné un mamelon, sans que l’on sache si c’était masculin ou féminin, c’était un mamelon. Ce design a été fait pour une seconde collab’ avec Other Half, la More Green. Très vite l’étiquette a fait débat, jugée sexiste par les uns, moche par les autres, ca a eu le don d’agacer Sevkan qui est féministe de base et ne voyait aucune image sexiste là dedans, je pense que l’accusation de sexisme vient surtout de puritains qui se sont offusqués en UK et aux US surtout, de voir un mamelon (et on le dira jamais assez, arrêtez avec les étiquettes et noms sexistes, mais des vrais, c’est pourri et ça pérennise la mauvaise image de la bière). Ce buzz a fait décoller la brasserie au final, elle a pu s’exporter et à ce jour c’est 45% de sa prod’ qui est exportée à l’étranger! 

Au final il a fallu s’agrandir et après des subventions et une campagne de crowdfunding la brasserie a pu pousser les murs et tenter une approche sur les plates bandes de Estrella et Moritz sauf que ces industriels sont bien placés à cause des contrats brasseurs en vigueur par exemple. L’export a permis à la brasserie de sauver ses arrières car une implantation sur le terrain des industriels est encore + difficile qu’en France, qui avait un petit temps d’avance sur ses voisins du Sud. 

A ce jour, la brasserie ne vend que 20% de sa prod sur place, 80% entre le reste du pays et donc, l’étranger, et le succès ne désemplit pas! 

 

Source : Good Beer Hunting

 

La Riba Pils

Notre bière du jour est une Pilsener, ca change un peu des grosses IPA et des Stout bien rondes, et des Sour, c’est pas qu’on est contre, mais revenir à des styles classiques c’est pas mal !

Le style Pilsner c’est assez courant, la Pilsner Urquell vous connaissez tous je pense. Ca vient de République Tchèque, pays bien connu de nous trois et où l’on compte retourner, on l’espère dans quelques semaines. 

C’est un style qui date de 1842, inventé par Josef Groll dans la Brasserie des Bourgeois dans la ville de Pilsen. La brasserie connut un tel succès qu’elle déposa aussi le mot allemand de sa recette : Pilsener! La bière est claire et dorée, chose qui plait beaucoup car à l’époque les bières sont souvent trouble, brunes, avec beaucoup de levures etc…  En général , ce style de bière est pasteurisé et filtré. 

C’est une bière à fermentation basse, c’est-à-dire que les levures agissent de manière optimale aux alentours de 10-15 degrés contrairement à la fermentation haute (18-21 degrés idéalement). Ce type de fermentation est déjà mentionné en 1420 à Munich, mais l’arrivée du frigo va changer la donne. Ici à Marseille, Velten a élaboré ce type de bière avec l’aide de Ferdinand Carré et Louis Pasteur, c’était quasiment une première mondiale que l’utilisation de système réfrigéré pour le brassage. On appelle ces bières des Lager avec comme styles : Pils, Bock, Helles, Dunkel etc… beaucoup de style allemand en fait. 

Pour la fermentation haute, appelle ca les Ale par exemple, c’est le style le + répandue car une fermentation à basse température c’est compliqué d’un point de vue technique et logistique. Les bières à fermentation haute donnent en général des bières + alcoolisées, + complexes en goût et moins carbonatées. On peut citer les IPA, les Pale Ale, Stout, Porter, Barleywine, Witbier, Belgian, Trappistes etc…

Après on a la fermentation spontanée : on laisse le brassin à l’air libre et les levures sauvages font le boulot : on fait des lambics belges par exemple, on a un goût acide. C’est particulier, mais très apprécié on peut citer aussi Cantillon, Ammonite, Spo qui ne font que ca, mais d’autres brasseries font aussi cela de manière éphémère par exemple, comme Gallia. 

Enfin les fermentations mixtes : plus technique comme méthode, on retrouve des OUd Bruin, Rouges des flandres. C’est en gros un ajout de bactéries et de levures sur un brassin, mais ca sort de nos connaissances techniques on en parlera une autre fois avec un vrai brasseur! 

Maintenant que les présentations sont faites, parlons un peu de notre sujet narratif du jour!

 

 

Un peu d’histoire…

Connaissez-vous Jumpman ? C’est l’un des premiers cas de révisionnisme ou de cancel culture du jeu vidéo ! Dans Donkey Kong, sorti en juillet 1981, le singe géant kidnappe Lady la petite amie du charpentier Jumpman. Et désormais, tout le monde a oublié ce sobriquet pour le futur Mario qui a bénéficié d’une reconversion professionnelle des plus discrètes ! On se souviendra également que dans sa première version du jeu le fameux Jumpman mourrait systématiquement à la fin du 22e niveau de difficulté… la faute aux limitations techniques de l’époque. 

C’est en fait à partir de Donkey Kong Jr sorti en 1982 qu’il est enfin nommé Mario. Dans cet opus il sera un méchant pour la dernière fois empêchant le jeune Kong Jr de libérer son père. Ce n’est qu’en 1985 que sortira Mario Bros en salle d’arcade puis une version remaniée sur la NES nommée SUPER Mario Bros, le 1er jeu dédié réellement à Mario le héros si connu. A l’origine de ce jeu vidéo, nous retrouvons Nintendo, fabricant historique de jeux de cartes au Japon et un homme : Shigeru Miyamoto, employé chez eux depuis 1977 et qui suivra le héros jusqu’à nos jours. Il est en effet depuis 2015 responsable créatif chez Nintendo.

Un monde sous champi ?

Dès le premier Super Mario Bros, l’univers prend forme et la storyline “classique” également : l’histoire prend place dans le Royaume Champignon où des humains (comme Mario, son frère Luigi ou encore la Princesse Peach) côtoient des Champignons vivants (les Toad, qui n’ont rien de crapauds du coup). L’intrigue de base, c’est l’enlèvement de Peach par Bowser, roi des Koopas, sorte de mix entre tortue et dinosaure crachant du feu, et qui doit être secouru par Mario.

Pendant 8 mondes découpés en 4 niveaux, Mario se démènera pour retrouver la fameuse princesse du Royaume Champignon dans le château de Bowser, adepte de la lave plutôt que de l’eau courante. Et d’une console à l’autre, et même si le principe s’est un peu étoffé en donnant de nouveaux pouvoirs à Mario, en l’envoyant dans l’espace et le faisant fréquenter d’autres mondes, le principe de base de sauver sa princesse ou les royaumes visités a perduré.

 

 

Plus qu’un plombier, une mascotte !

Très vite, Nintendo a fait du plombier moustachu sa mascotte, son emblème ! Chaque console de la marque depuis 1985 a eu au moins une version des aventures du héros, enrichissant son background et son casting. On lui trouvera un frère (Luigi) qui aura lui même un jeu à son nom (Luigi’s Mansion) tout comme la Princesse Peach (dans Super Princess Peach), de nouveaux méchants comme Wario (qui a eu lui aussi ses propres jeux) et de nouveaux alliés comme la Princesse Harmonie qui l’aide dans Super Mario Galaxy à sauver Peach, ou en plus connu le dinosaure Yoshi qui sauva Mario bébé d’un funeste destin en le ramenant de Yoshi’s Island à ses parents (dans Super Mario World 2).

 

Et qui dit mascotte, dit dérivés ! Et il y en a eu énormément ! 

Déjà en jeux vidéo, Mario a fait tous les métiers ! on ne parle pas de son obscur passé de charpentier mais il a été conducteur de Kart (le plus connu), artiste (Mario Paint), guerrier (Super Smash Bros Melee) mais également athlète ! En effet, il a même fait les Jeux Olympiques avec l’hérisson de la firme d’en face (Sega – c’est plus fort que toi) en 2014, en 2016 et maintenant 2020 ! Eté comme hiver ! Qu’il est fort ce Mario !

 

Sur papier et à l’écran…

Chronologiquement, la première adaptation sortie est un… dessin-animé. Et américain en plus ! Sobrement appelé Super Mario Bros chez nous, il a été diffusé aux Etats-Unis en syndication à l’automne 1989 et a débarqué en France sur Canal+ en 1990 dans l’émission jeunesse Cabou Cadin avant de faire les beaux jours des grilles de programmation de la télé publique dans les années 90 ! Qui se souvient de Eric et toi et moi (Antenne 2) ? De Pince Moi je rêve (Antenne 2) ? De Télevisator 2 (France 2) ? Et enfin de Bonjour Babar (France 3) ? Les 52 épisodes ont donc été multidiffusés jusqu’à une rediff récente (2008) sur Game One. Ca mélangeait une partie animée et à priori une partie “live” avec de véritables acteurs interprétant les héros pour introduire / conclure l’épisode. 

Ensuite c’est en manga que le héros a vécu des aventures non vidéoludiques. Prépublié dès 1990, le manga Super Mario Manga Adventures de Yukio Sawada perdure encore au Japon et en est à son 54ème volume ! Il s’agit vraiment d’un manga pour enfants qui est édité en France par Soleil Manga (qui en est à son 23e volume à août 2021) avec surtout des gags visuels pour que cela soit accessible pour les plus jeunes.

 

 

Et enfin… Le film !

Pour terminer sur Super Mario Bros, nous ne pouvions pas passer à côté du film de 1993, que nous avons vu pour l’occasion. En fait si, on aurait pu car il n’est vraiment pas terrible et carrément hors-sujet ! Réalisé par Rocky Morton et Annabel Jankel (qui auront créé une vieille série SF d’ABC désormais culte, Max Headroom, avant et auront l’outrecuidance de réaliser juste après en 1995 la pub pour le lancement de la Sega Saturn), ils auront transformé le monde tout choupi et coloré du Royaume Champignon en délire post-apocalyptique barré, genre Le 5e Elément mais en encore plus cheap que Lock-Out.

Ici les plombiers Mario et Luigi (Bob Hoskins – Roger Rabbit, Hook…  Spice World – et John Leguizamo – Die Hard 2, Moulin Rouge, John Wick) doivent sauver une p…aléontologue nommée Daisy (Samantha Mathis – American Psycho et la voix au téléphone dans Buried) du méchant Koopa (Dennis Hopper – Apocalypse Now, Easy Rider, True Romance, Speed… Waterworld), dictateur d’un peuple de dinosaures humanoïdes, et de l’entreprise de plomberie concurrente de Scapelli. 

S’il y a quelques clins d’oeil amusants (les bottes pour sauter, l’apparition de Yoshi…), tout est bonnement nul dans ce film. Les effets visuels ont plus que vieilli et le jeu des acteurs… Ce n’est plus du cabotinage à ce niveau, c’est Super Cabotinage Bros ! Et d’ailleurs le public ne s’y sera pas trompé : si je mets de côté le score Rotten Tomatoes désastreux, le film a été un four à sa sortie. Avec un budget de 48 millions de dollars à l’époque, il n’en aura rapporté que 20 ! Bref, passons à autre chose parce que l’on a bien besoin d’une bière après ça !

Mais dans quelle merde on a joué?

 

Pour aller plus loin

 

Greg The Beer Lantern
Marseillais amateur de bières, je vais vous faire découvrir cette boisson à travers son histoire, des dossiers, de l'actu et enfin des tests de bières diverses et variées! https://thebeerlantern.com
https://www.thebeerlantern.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.